Socks, le chat de Bill Clinton

Socks, le chat du président Bill Clinton.

L’American dream, version chat

À bien des égards, l’histoire de Socks est digne d’un film d’animation Disney. C’est en 1991 que ce curieux chat noir aux pattes blanches né deux ans plus tôt fit son entrée dans la vie de Bill et Hillary Clinton (nés respectivement en 1946 et 1947) alors qu’il n’était encore qu’un simple chat de gouttière arpentant les rues de Little Rock, dans l’Arkansas. En effet, il se précipita un jour dans les bras de Chelsea Clinton, la fille de Bill et Hilary Clinton alors âgée de 11 ans, alors qu’elle quittait la maison de son professeur de piano. Chelsea parvint à convaincre ses parents d’adopter le petit félin, et il fut décidé de le baptiser Socks (« chaussettes », en anglais), en référence à sa robe si particulière.

 

À l’époque, Bill Clinton n’était encore que gouverneur de l’Arkansas. Mais sans le savoir, Socks venait de toucher le jackpot : deux ans plus tard, la famille déménageait à la Maison-Blanche. L’ancien chat de gouttière y résida durant la totalité des deux mandats présidentiels (de 1993 à 2001) et ne tarda pas à devenir une véritable célébrité.

 

En effet, il fit dès son arrivée le bonheur des photographes, intrigués par ce drôle de chat noir aux pattes blanches qui s’appropriait même le Bureau ovale. Leurs clichés le rendirent très populaire auprès des Américains, au point que des fans commencèrent à lui envoyer des lettres.

 

Socks fit même une apparition en 1993 dans un épisode de la sitcom Murphy Brown, où il est kidnappé accidentellement par l’héroïne de la série. L’année suivante, il participa également au célèbre talk-show du présentateur vedette Larry King (1933-2021), dans lequel il fut interviewé par… Kermit la grenouille, la star du Muppet Show.

 

Il fut aussi en 1993 le sujet d’un livre illustré intitulé Socks Goes to Washington: The Diary of America's First Cat, écrit par Michael O'Donoghue et Jean-Claude Suares.

 

Il devait même être le héros d’un jeu vidéo pour la Super Nintendo, intitulé Socks the Cat Rocks the Hill et développé par le studio américain Realtime Associates. Toutefois, alors même qu’il était terminé, sa sortie fut annulée après que la filiale américaine de Kaneko, son distributeur, mit la clé sous la porte. Socks the Cat Rocks the Hill finit toutefois par être distribué gratuitement sur Internet en 2018.

Une cohabitation difficile

La page de couverture du livre Dear Socks, Dear Buddy, le chat et le chien du président Bill Clinton.

La vie de rêve de Socks fut brutalement chamboulée en décembre 1997, lorsque son prestigieux propriétaire, fraîchement réélu pour un deuxième mandat présidentiel (1997-2001), décida d’adopter un Golden Retriever de trois mois baptisé Buddy.

 

Socks ne vit pas du tout d’un bon œil l’arrivée de ce nouvel animal dans sa maison. D’après Hillary Clinton, il « méprisa Buddy dès l’instant où il posa les yeux sur lui. » Elle ajouta qu’il « refusa catégoriquement de devenir ami avec ce chien bruyant et gênant » et qu’il ne « manquait jamais une occasion [de lui] en coller une ». Ambiance…

 

Qu’ils le voulurent ou non, les deux animaux partagèrent la couverture d’un livre publié en 1998 par Hillary Clinton et intitulé Dear Socks, Dear Buddy. Celui-ci réunit plus de 50 lettres qui leur avaient été adressées, auxquelles viennent s’ajouter plusieurs pages écrites par la First Lady concernant leur vie à la Maison-Blanche. Les bénéfices tirés de la vente de l’ouvrage furent reversés à la National Park Foundation, un organisme chargé de l’entretien des parcs nationaux américains.

 

Interviewé par la chaîne d’information américaine CNN en janvier 2001, au moment de quitter la Maison-Blanche, Bill Clinton déclara au sujet de la rivalité de ses animaux domestiques s’en être « mieux sorti avec les Arabes, les Palestiniens et les Israéliens qu’avec Socks et Buddy ».

 

Le couple présidentiel profita d’ailleurs de ce tournant dans sa vie pour décider de séparer définitivement les deux meilleurs ennemis. Il fit le choix de garder Buddy, qui les accompagna chez eux, dans l’État de New York. Socks fut quant à lui offert à la secrétaire du président, Betty Currie, avec qui il s’était lié d’amitié à la Maison-Blanche. Il s’en alla ainsi vivre avec elle dans le Maryland, où il mourut de vieillesse à l’âge avancé de 20 ans, en 2009.

Dernière modification : 06/01/2023.