L’arrivée du chat adulte à la maison

Page précédente :
Avant l’adoption

L’importance d’être disponible

L’importance d’être disponible

Le nouvel adoptant ne peut se contenter de choisir avec rigueur le chat adulte à adopter, préparer son foyer pour cette arrivée, puis y installer le nouveau venu et partir travailler ou vaquer à ses occupations. Il est absolument important qu’il soit aussi présent que possible dans les premiers jours, et en mesure d’accorder suffisamment d’attention à son nouveau protégé.

 

Il ne s’agit pas bien sûr pour autant d’être envahissant : plus encore qu’un chaton, le chat adulte doit découvrir son nouvel environnement et s’approprier son nouveau territoire par lui-même, à son rythme, sans qu’on lui force la main. S’il est indispensable d’être particulièrement disponible au début lorsque le chat en a besoin, que ce soit pour le guider, le rassurer ou lui montrer des signes d’affection, il l’est tout autant de respecter son indépendance. Affection et patience sont les maîtres mots pour une intégration réussie.

Les premiers pas du chat adulte dans le nouveau foyer

Les premiers pas du chat adulte dans le nouveau foyer

Une fois le chat arrivé dans son nouveau foyer, sa caisse de transport pour chat doit être posée dans un endroit calme, idéalement près des gamelles d’eau et de nourriture. Il faut alors ouvrir la porte de la cage, mais sans pour autant l’inciter à en sortir : il doit le faire de lui-même, lorsqu’il le souhaite. Il est également utile de l’appeler par son nouveau nom, et ce, dès le moment de l’adoption puis le transport du chat en voiture, afin qu’il s’y familiarise et qu’il s’habitue au son de voix de ses nouveaux maîtres. Une fois qu’il est prêt, il sort de la caisse et part explorer son nouvel univers. Selon le caractère du chat, cette étape peut prendre de quelques minutes à quelques heures : même s’il ne semble pas pressé de partir à l’aventure, il n’y a pas lieu de s’inquiéter.

 

Par contre, si le chat ne doit pas accéder à certaines pièces de la maison, il est important que leurs portes soient laissées fermées, afin qu’il comprenne d’emblée qu’y pénétrer est interdit. Il convient aussi de s’assurer que les fenêtres ne soient pas ouvertes, afin d’éviter qu’il ne s’échappe.

 

Par ailleurs, afin d’éviter de le stresser inutilement, il faut faire en sorte que l’environnement soit aussi calme que possible, et lui épargner toute agitation inutile. Par exemple, laisser le son du poste de radio ou de la télévision trop fort risque de l’apeurer.

 

Le chat étant un animal territorial, il faut faire preuve de patience le temps qu’il explore les moindres recoins de la maison ou de l’appartement, et ne surtout pas le brusquer. Assimiler et connaître parfaitement les lieux est un pré-requis pour qu’il puisse s’y sentir bien. Il est possible qu’il aille spontanément se cacher : là non plus, il n’y a pas lieu de s’en inquiéter, cela signifie sûrement qu’il a besoin de temps avant de venir à la rencontre de ses nouveaux maîtres.

Le chat adulte au sein de la vie du foyer

Le chat adulte au sein de la vie du foyer

Lorsque le nouveau venu finit par s’approcher des habitants du foyer, il ne faut pas hésiter à lui faire sentir la main puis à le caresser s’il en a envie, sans bien sûr le brusquer. Un chat, a fortiori s’il est adulte, apprécie tout autant l’attention que le respect de son indépendance.

 

Une fois qu’il a fait connaissance avec ses nouveaux maîtres, il est utile de lui montrer la litière en le posant à l’intérieur. S’il se laisse faire, il est possible de prendre délicatement ses deux pattes avant et de gratter sa litière avec, de sorte qu’il comprenne que c’est l’endroit où il doit faire ses besoins.

 

Par ailleurs, s’il le souhaite, des jeux avec ses nouveaux maîtres peuvent l’aider à prendre confiance et à établir la relation.

La cohabitation du chat adulte avec des enfants

La cohabitation du chat adulte avec des enfants

Si le foyer comporte des enfants, il est important d’établir des règles claires en amont de l’arrivée du chat adulte à la maison. Ces règles sont dans l’ensemble les mêmes que pour un chaton : les enfants doivent comprendre et accepter le fait que le chat n’est pas une peluche et qu’il est important de respecter son caractère, son indépendance, les moments où il s’isole et ses périodes de sommeil. Il faut également veiller à ce que les enfants ne soient pas trop excités et agités en présence du chat, en particulier lors de son arrivée dans le foyer, et ne le brusquent pas volontairement ou involontairement, par exemple en lui tirant la queue.

La cohabitation du chat adulte avec d’autres animaux

La cohabitation du chat adulte avec d’autres animaux

La première rencontre

Si le foyer comporte d’autres chats ou d’autres animaux, il faut s’assurer de les isoler durant les premiers jours de l’arrivée du nouveau chat. Ce dernier a en effet besoin dans un premier temps de s’acclimater aux lieux comme aux odeurs des autres animaux, et c’est déjà beaucoup. Par conséquent, durant cette période, il ne doit y avoir aucun contact entre les animaux résidents et le nouveau chat. Il est par contre conseillé d’échanger périodiquement les territoires, c’est-à-dire de laisser le nouveau venu se promener dans la(es) pièce(s) où vivent les animaux résidents pendant que ces derniers sont gardés dans une autre pièce, et inversement. Permettant le mélange des odeurs, cette technique aide à ce que les animaux s’habituent à la présence de chacun.

Les règles d’une cohabitation harmonieuse

Les règles d’une cohabitation harmonieuse

Afin d‘optimiser la cohabitation entre les animaux et maximiser les chances que tout se passe bien, les gamelles d’eau et de nourriture de chacun, ainsi que leur litière, doivent être disposées dans des pièces séparées.

 

De façon générale, pour le bien-être de chaque animal et pour réduire le risque de conflits, il est important de veiller à ce que chacun garde un espace où il peut se réfugier (avec justement sa litière et les gamelles, par exemple). De cette façon, chaque animal aura son propre territoire, qui ne chevauchera pas celui de ses voisins.

 

Il ne faut pas attendre qu’il y ait des problèmes pour instituer ces quelques bonnes pratiques, car il pourrait alors être trop tard. Il convient de les mettre en place dès les débuts de la relation, et de s’y tenir par la suite.

 

Il n’en reste pas moins que les risques de difficultés sont évidemment accrus avec un animal qui n’a pas été habitué à côtoyer d’autres animaux, l’idéal étant bien sûr que cette socialisation ait eu lieu dès son plus jeune âge.

En cas de conflit avec les autres animaux

En cas de conflit avec les autres animaux

Si la première rencontre donne lieu à des feulements ou des crachements, il n’est pas nécessaire d’intervenir immédiatement. Il y a des chances que chaque animal cherche à défendre son territoire, si bien que l’adaptation peut prendre plusieurs jours. Il n’est cependant pas conseillé de s’absenter durant cette période en laissant les animaux avec un libre accès l’un à l’autre. En cas d’absence, même de courte durée, il est important de séparer de nouveau les animaux, comme au tout début. De manière générale, la rencontre entre le chat adulte nouveau venu et les animaux occupant déjà la maison doit être organisée progressivement, afin que l’acclimatation se déroule en douceur.

 

Néanmoins, même adulte, un chat possède une grande capacité d’adaptation. Une fois la période de transition passée, il s’entend généralement bien avec les autres animaux.

La découverte du monde extérieur

La découverte du monde extérieur

Appréhender les lieux

Si la maison comporte un jardin, une des questions que se pose forcément le nouvel adoptant d’un chat adulte est de savoir à partir de quand et comment lui y donner accès.

 

Pour éviter les fugues, il est conseillé de ne pas le laisser sortir durant au moins les quinze premiers jours. En effet, avant d’aller un nouveau territoire encore plus vaste, il est primordial que le chat soit déjà parfaitement acclimaté à son nouveau foyer.

 

Une fois le moment venu, mieux vaut que la première sortie soit réalisée sous étroite surveillance du maître, par exemple dans ses bras ou tenu au bout d’une laisse ou avec harnais pour chat. Cela permet d’une part au chat de se sentir rassuré, mais aussi de prendre connaissance des dangers éventuels aux alentours de la maison, comme par exemple une route. Après quelques jours de visites régulières dans le jardin en présence du maître, le chat peut s’y promener seul.

 

De façon générale, s’il existe des races de chats adaptées à la vie en intérieur car n’éprouvant pas particulièrement le besoin de sortir, d’autres au contraire apprécient beaucoup de vagabonder à l’extérieur. Le cas échéant, il est fortement recommandé de castrer son chat (s’il s’agit d’un mâle) ou stériliser sa chatte, car cela réduira grandement le risque de fugue, en particulier lors des périodes de chaleurs de la chatte.

La première visite chez le vétérinaire

La première visite chez le vétérinaire

Suite à l’arrivée d’un chat adulte à la maison, et quand bien même il a bénéficié d’un examen complet en amont de l’adoption, il est recommandé de l’amener chez le vétérinaire afin d’enregistrer son dossier. Des visites régulières sont ensuite conseillées pour les rappels de vaccins et de vermifuge du chat, ainsi que pour la mise en place d’un traitement antipuces pour le chat (qu'il sorte à l’extérieur ou non) et le suivi de son hygiène. Autant de points auxquels le vétérinaire sera attentif lors du bilan de santé annuel du chat.

 

Par ailleurs, si cela n’a pas été fait par le refuge animalier, il est également pertinent (et même obligatoire en France et en Belgique) de faire identifier son chat avec une micro-puce surtout que cela augmentera grandement vos chances de le retrouver en cas de fugue du chat. Si votre nouveau compagnon a déjà été pucé, assurez-vous de mettre à jour les informations le concernant dans le fichier central, afin d’être bien enregistré comme étant son nouveau propriétaire. Il faudra également bien sûr penser à mettre à jour vos coordonnées en cas de déménagement par la suite.

 

Enfin, la première visite chez le vétérinaire peut permettre de recevoir des conseils très utiles pour l’intégration du chat dans son nouveau foyer et le suivi d’éventuelles pathologies détectées.

 

D’autre part, il est important de lui mettre à disposition la même nourriture (croquettes ou pâté pour chat) avec laquelle il a été alimenté pour éviter les problèmes digestifs. Une transition sera nécessaire en cas de changement d’alimentation du chat.

Page précédente :
Avant l’adoption
Dernière modification : 10/19/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager