Intervenir comme bénévole dans un refuge

Intervenir comme bénévole dans un refuge

Un refuge animalier est une structure privée qui recueille des animaux dont les propriétaires ne peuvent plus s'occuper, voire qu'ils ont carrément abandonnés.


En France, il en existe aujourd'hui plus de 250, totalement indépendants. 


Les refuges subsistent grâce à des dons, mais aussi grâce aux modestes frais de dossier demandés lors de l'adoption d'un chat de refuge. Cependant, leur fonctionnement est principalement garanti par le bénévolat, c'est-à-dire l'intervention d'amis des animaux qui y travaillent de façon volontaire, sans percevoir de revenus en contrepartie.

Partager :  

Qu'est-ce qu'un refuge animalier ?

Un refuge animalier est une association à but non lucratif, régie par la loi de 1901 relative au contrat d'association, qui accueille des animaux de compagnie perdus ou abandonnés par leurs maîtres. Les chiens ou les chats victimes de maltraitance animale peuvent également y être pris en charge. 

 

En attendant l'arrivée d'un nouveau maître souhaitant procéder à une adoption dans un refuge, l'établissement garantit aux animaux un hébergement temporaire, et tout ce qui est nécessaire à leur bien-être : alimentation, jeux, visites chez le vétérinaire...

 

La composition du personnel au sein d'un refuge peut varier d'un établissement à l'autre. Certains sont composés de bénévoles uniquement, tandis que d'autres mêlent employés et travailleurs volontaires.

 

Les tâches qui incombent aux membres d'un refuge sont diverses : soins des chiens et des chats, (ré-)éducation des animaux qui le nécessitent, accueil des visiteurs et de potentiels nouveaux maîtres, gestion administrative du refuge, etc. Pour une partie d'entre elles, ils ont la possibilité d'être assistés par des bénévoles.

 

Les refuges subsistent grâce à des dons et grâce aux modestes frais de dossier demandés lors de l'adoption d'un chien ou chat de refuge. A titre d'exemple, les refuges de la Société Protectrice des Animaux (S.P.A.) demandent 150 euros pour l'adoption d'un chat non stérilisé, et 250 euros pour l'adoption d'un chien non stérilisé. Ce montant couvre notamment les frais liés à l'identification de l'animal et sa vaccination. Par ailleurs, certains refuges animaliers jouent également le rôle de pension animalière. Ce service de gardiennage d'animaux de compagnie leur permet de diversifier leurs ressources financières. 

 

Il n'en reste pas moins que leur fonctionnement est principalement garanti par le bénévolat, c'est-à-dire l'intervention d'amis des animaux qui y travaillent de façon volontaire, sans percevoir de revenus en contrepartie.

Le rôle et l'importance des bénévoles au sein d'un refuge

Au sein d'un refuge, l'aide de bénévoles s'avère précieuse, car le nombre d'animaux pris en charge est souvent conséquent, parfois carrément disproportionné par rapport au nombre de permanents. Les bénévoles peuvent être amenés à effectuer différents types de missions, comme par exemple : 

  • Tenir compagnie aux animaux et contribuer à leur sociabilisation ; 
  • Accueillir les visiteurs, parmi lesquels peuvent se trouver de potentiels nouveaux maîtres ;
  • Entretenir et/ou rénover les locaux et nettoyer les cages ;
  • Nourrir les animaux ;
  • Caresser les chiens et les chats, et jouer avec eux ;
  • Effectuer des promenades avec les chiens.

 

En outre, à l'extérieur du refuge, certains bénévoles peuvent participer aux collectes de nourriture (croquettes pour chien ou croquettes pour chat), litière ou encore couvertures. 

 

Chaque refuge a potentiellement ses propres besoins. Cependant, les tâches restent généralement similaires d'un établissement à l'autre.

  

Si vous désirez vous impliquer comme bénévole au sein d'un refuge animalier, l’idéal est de prendre contact avec l'organisme le plus proche de votre domicile, voire de vous rendre sur place afin de prendre connaissance de ses besoins spécifiques.

Les conditions à remplir pour devenir bénévole au sein d'un refuge animalier

Lors de votre candidature pour intervenir comme bénévole au sein d'un refuge, un extrait de casier judiciaire peut vous être demandé. Les personnes ayant des antécédents judiciaires peuvent voir leur candidature refusée. Tout bénévole doit signer la charte du bénévole relative à chaque refuge.

 

Concernant les mineurs souhaitant exercer une activité de bénévole, une autorisation parentale est systématiquement demandée par les établissements. Quant à l'âge minimal requis, il varie d'un refuge à l'autre. Par exemple, les refuges de la Société Protectrice des Animaux (S.P.A.) acceptent les mineurs à partir de 11 ans. 

 

Par ailleurs, certains refuges demandent à leurs futurs bénévoles d'adhérer à leur association. C'est le cas par exemple de certains refuges de la Société Protectrice des Animaux (S.P.A.). De fait, chaque refuge a son réglement, et l'organisation peut donc être différente d'un établissement à l'autre.


Il n'existe généralement pas d'autres restrictions concernant le bénévolat au sein d'un refuge. De fait, les profils des intervenants sont très variés : hommes, femmes, mineurs, salariés, retraités, chômeurs…

 

Néanmoins, les bénévoles doivent être dotés de certaines qualités...

 

Premièrement, et cela coule sous le sens : il faut d’abord et avant tout aimer les animaux. Il s'agit d'une condition essentielle pour apprécier votre rôle de bénévole au sein d'un refuge, mais aussi pour procurer du bien-être aux chiens et aux chats abandonnés. 

 

De façon générale, un bon bénévole est une personne qui apprécie le contact, que ce soit auprès des animaux ou des (futurs) propriétaires. 

 

Par ailleurs, un intervenant dans un refuge se doit d'être patient, car beaucoup de chats et de chiens de refuge n’ont pas reçu une éducation digne de ce nom (voire pas d'éducation du tout) et/ou ont été victimes d'abandon très jeunes. De ce fait, certains animaux peuvent présenter des troubles du comportement parfois difficiles à gérer, comme par exemple de l'agressivité.

 

Au demeurant, devenir bénévole au sein d'un refuge est déconseillé aux personnes présentant certains problèmes de santé qui pourraient compromettre leur activité au sein de l'établissement : allergie aux produits chimiques utilisés lors de l'entretien des locaux du site, allergie aux animaux...

Les avantages et inconvénients du bénévolat au sein d'un refuge

Devenir bénévole dans un refuge est une expérience unique, qui vous rapprochera de différents types d'animaux, dont certains adorent les êtres humains.

 

Cette activité très enrichissante vous permettra également de parfaire vos connaissances en apprenant énormément de choses sur les animaux, notamment concernant leur comportement, ainsi que les particularités et besoins spécifiques de chaque race.


En venant en aide à des êtres vivants qui en ont besoin, vous vous épanouirez dans une activité humainement très valorisante et éprouverez beaucoup de satisfaction aux côtés des chats et des chiens qui, rappelons-le, possèdent la réputation d'être les meilleurs amis de l’homme.

 

En outre, le travail au sein d'un refuge s'effectue en groupe, ce qui permet de développer des qualités comme la cohésion ou l'esprit d'équipe. C'est un remède idéal à l'isolement qui peut menacer certaines catégories de populations : retraités, personnes sans emploi, etc.

 

De plus, intervenir dans un refuge permet de rencontrer des personnes solidaires et engagées, qui se sont investies autour d'intérêts, de valeurs et de causes que vous avez en commun.

 

Cependant, être bénévole au sein d'un refuge, c'est aussi accepter d'être confronté à certaines difficultés, voire certains risques. En effet, une partie des animaux arrivent au refuge traumatisés, voire maltraités. Beaucoup ont été abandonnés très jeunes. Au-delà de la difficulté qu'il peut y avoir à remettre ces animaux dans un chemin vertueux (notamment via l'éducation) et/ou leur redonner foi en l'humain, il peut s'avérer très difficile, psychologiquement et émotionnellement, de voir des chiens et des chats dans un tel état.

 

La capacité d'adaptation et la maîtrise de soi sont donc des qualités primordiales, car certains animaux peuvent présenter des troubles du comportement, voire de l'agressivité, suite aux moments difficiles qu’ils ont vécus, par exemple lorsqu'ils se sont retrouvés seuls dans la rue. Pour un intervenant peu expérimenté, cela peut être un peu intimidant, voire franchement angoissant.

 

Toutefois, en étant patients, les bénévoles parviennent presque toujours à établir une relation de complicité avec les chiens et les chats, auxquels ils finissent très souvent par s'attacher. Cela s'avère néanmoins à double tranchant, dans la mesure où voir par la suite ces animaux partir, lorsqu'ils finissent par être adoptés, peut se révéler alors douloureux. 

 

Au demeurant, les personnes émotionnellement fragiles risquent de se sentir débordées, et d'avoir le sentiment de ne pas y arriver. En effet, certaines situations peuvent s'avérer fortement décourageantes, voire désespérantes. Les intervenants sont quotidiennement confrontés à la souffrance de certains de leurs pensionnaires. Sans parler de ceux qui restent des années au refuge et que personne ne veut adopter, qui finissent parfois par être euthanasiés.

Bénévole dans un refuge : quel niveau d'implication ?

Le niveau d’implication d'un bénévole dans un refuge dépend de son engagement et de sa disponibilité.

 

Certains bénévoles (comme par exemple des retraités) disposent de beaucoup de temps libre et travaillent pour le refuge à plein temps, tandis que d’autres limitent leur activité de bénévole à quelques heures par semaine.

 

Dans certains cas, en raison d'un manque de disponibilité (obligations professionnelles, vie familiale prenante...), certains bénévoles interviennent uniquement comme force d'appoint lors d’événements et de manifestations.


Évidemment, les refuges préfèrent les personnes qui s'engagent à intervenir de façon régulière. En effet, cela facilite grandement les choses en terme d'organisation. Néanmoins, les refuges ont généralement grand besoin de bras, et font preuve d'une certaine souplesse pour laisser les intervenants bénévoles choisir le temps qu'ils souhaitent consacrer aux animaux présents au sein de l'établissement.

 

Au final, si vous avez un travail à temps plein et que vous ne pouvez consacrer à une telle activité que quelques heures par semaine, votre aide sera néanmoins toujours la bienvenue. Si vous êtes retraité ou avez beaucoup de temps libre, vous engager à plein temps sera évidemment d'une grande utilité, pour peu que vous en ayez l'énergie et la volonté.


Bien sûr, il est aussi possible de s’engager un temps comme bénévole, arrêter pour des raisons personnelles, puis reprendre par la suite.

Le mot de la fin

La France est le pays européen qui recense le plus d'abandons de chats : la Société Protectrice des Animaux (S.P.A.) en dénombre environ 50.000 par an.

 

Une bonne partie de ces chats abandonnés atterrit dans des refuges. Ces derniers jouent alors un rôle essentiel, en permettant à nombre d'entre eux d'être adoptés, de rejoindre un nouveau foyer et commencer une nouvelle vie.

 

Rien de tout cela ne serait possible sans les milliers de "petites mains" bénévoles qui font tourner au quotidien ces établissements. C'est là un bien bel engagement pour toute personne sensible à la cause animale et souhaitant y accorder un peu de son temps.

Reproduction interdite sans autorisation.

Adopter un chat près de chez vous

Réagir à cet article

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer