Choisir un chaton ou un chat adulte

Un chat adulte et un chaton se fixent du regard

Choisir la bonne race de chats n'est pas suffisant : le futur maître doit aussi réfléchir à l'âge de son compagnon au moment de l'adoption. En effet, même si la plupart des personnes optent pour un chaton, rien n'empêche d'adopter un chat adulte - ou même un senior : en fonction de ses attentes et ses objectifs, cela peut s'avérer dans certains cas être la décision la plus pertinente.


Voici donc un tour d'horizon des avantages et inconvénients propres à chacune des options, afin d'effectuer un choix éclairé entre chaton, adulte et senior.

Sommaire de l'article

  1. Page 1 : Pourquoi faut-il bien choisir son chat ?
  2. 1. Un choix de chats à adopter théoriquement large
  3. 2. Un choix en réalité compliqué
  4. 3. Mauvais choix : quelles conséquences ?
  5. 4. Les bonnes questions à se poser
  6. Page 2 : Quelle race de chat choisir ?
  7. 1. Chat de gouttière ou chat de race ?
  8. 2. Les critères pour choisir une race
  9. 3. Prendre en compte les besoins essentiels de la race
  10. 4. Choisir une race selon son caractère
  11. 5. Choisir une race selon le risque d'allergie
  12. 6. Choisir une race selon ses aptitudes
  13. 7. Choisir une race selon son budget
  14. 8. Le piège de l'apparence
  15. 9. Se renseigner sur chaque race
  16. 10. La race ne fait pas tout
  17. Page 3 : Choisir un chaton ou un chat adulte
  18. Page 4 : Choisir un chat mâle ou femelle
  19. 1. Les différences physiques
  20. 2. Les différences de caractère
  21. 3. Les différences de coûts
  22. Page 5 : Jour J : quel chat choisir ?
  23. 1. Choisir un chat en bonne santé
  24. 2. Choisir un chat équilibré

À quel âge peut-on adopter un chat ?

Une chatte tient son chaton entre ses pattes

Dans beaucoup de pays, l'animal doit avoir atteint un certain âge pour pouvoir être adopté. En Belgique par exemple, l'âge légal minimal pour adopter un chat est de 7 semaines. En France, il est de 8 semaines. En effet, comme le sevrage du chaton se termine vers la fin de son deuxième mois, il n'est pas recommandé de le séparer de sa mère avant cet âge, sous peine qu'il n'ait pas encore fini d'apprendre tous les comportements propres à la gent féline. La même règle s'applique d'ailleurs également aux chiots, qui sont sevrés à peu près au même âge.

 

Toutefois, même si ce dernier est alors sevré, il n'est pas encore complètement mature ni parfaitement socialisé. C'est seulement une fois qu'il a atteint 3 mois qu'on considère la socialisation du chaton comme étant achevée et qu'on estime donc qu'il peut être retiré sans crainte à sa mère et sa fratrie. Dans la mesure où le travail de socialisation n'est pas à la portée de tout un chacun, les éleveurs sérieux préfèrent généralement s'en charger eux-mêmes, et recommandent donc d'attendre l'âge de 3 mois avant d'adopter un chaton.

 

Au-delà de ce seuil, le futur adoptant a toute latitude pour choisir un animal de l'âge qui lui convient. La plupart optent pour un chaton, mais choisir un chat adulte voire senior a également des avantages non négligeables. Dans tous les cas, le plus important est de savoir dans quoi on s'engage.

Chaton, chat adulte ou chat senior : avantages et inconvénients

Un chaton, un chat adulte et un chat âgé côte à côte

De manière générale, on qualifie d'adulte un chat qui a fini sa croissance, c'est-à-dire entre 1 et 2 ans selon les races. Avant cela, il est considéré comme un chaton. Puis, lorsque les premiers changements liés à la vieillesse commencent à apparaître (vers l'âge d'environ 8 ou 10 ans), il est qualifié de senior.

 

Le fait de choisir un chaton, un chat adulte ou un chat déjà âgé n'est pas anodin, tant cela impacte sur de nombreux aspects - à la fois lors de l'adoption et par la suite. Par exemple, opter pour un chaton implique de passer plus de temps à ses côtés, mais aussi de payer plus cher à l'achat et de s'engager à plus long terme, puisque l'espérance de vie des chats dépasse aujourd'hui les 15 ans.

 

Chaque option présente donc à la fois des avantages et des inconvénients, dont il faut avoir conscience pour s'assurer de faire un choix éclairé. De manière synthétique, voici un tableau récapitulatif des principaux aspects :

 

Critère Chaton Adulte Senior
Prix d'achat XXX / X* X X
Dépenses quotidiennes XX X XX
Durée d'engagement XXX XX X
Risque d'arnaque XXX X X
Mauvaises surprises XXX X X

* XXX si chat de race, X si chat de gouttière

 

Bien évidemment, comme la catégorie "Adulte" s'étend sur près de 10 ans et regroupe donc des individus qui n'en sont pas du tout au même stade de leur vie, il est difficile de lui attribuer des notes sans simplifier. Par exemple, le niveau d'engagement n'est pas le même selon qu'on adopte un chat âgé de 2 ans ou de 8 ans ; pourtant, les deux cas entrent techniquement dans la catégorie des adultes. Il s'agit donc simplement ici de donner un premier aperçu des avantages et inconvénients de chacun.

 

Quoi qu'il en soit, contrairement au chien, le besoin d'éducation n'est pas véritablement un critère pour choisir l'âge de son chat. En effet, il apprend diverses choses par lui-même mais ne fait pas en revanche un élève très assidu : son éducation va donc beaucoup moins loin et nécessite normalement très peu de temps et d'efforts, même quand il est jeune. De fait, hormis lui montrer rapidement où il doit faire ses besoins et où il n'a pas le droit d'aller, il n'y a pas grand-chose à lui apprendre, quel que soit son âge.

 

La suite du propos aborde plus en détails les avantages et inconvénients de chaque tranche d'âge pour chacun des critères du tableau.

L'influence de l'âge sur le coût du chat

Une chatte fait la toilette de son petit

Une des différences majeures que l'on constate selon l'âge du chat que l'on souhaite adopter est son prix d'achat. En effet, même un spécimen issu d'une race très populaire voit son prix diminuer fortement lorsqu'il commence à atteindre un ou deux ans, alors qu'il peut coûter plusieurs centaines voire milliers d'euros lorsqu'il est vendu tout petit.

 

Cela dit, la différence de budget à prévoir en fonction de l'âge ne se situe pas qu'au moment de l'achat : en effet, certaines dépenses suivant l'adoption diffèrent selon qu'on adopte un chaton ou un adulte.

Les différences de prix à l'adoption

Une personne adopte deux adorables petits chatons blancs

La plupart des adoptants préfèrent généralement adopter un chaton plutôt qu'un chat adulte voire senior, et cela se traduit par des différences de prix conséquentes.

 

Ainsi, le prix d'un chaton de race se situe le plus souvent entre 300 à 2000 euros, avec d'ailleurs parfois de grandes différences d'une race à l'autre (en fonction de leur popularité respective dans l'endroit concerné et au moment donné).

 

Pourtant, une fois devenu adulte, le même individu a toutes les chances d'être cédé très peu, cher voire gratuitement. C'est bien sûr encore plus vrai s'il a déjà atteint un âge avancé : il est courant que les chats seniors soient gratuits. 

 

De tels écarts d'un âge à l'autre n'existent généralement pas chez les chats de gouttière : en effet, ces derniers sont tellement nombreux qu'ils sont bien souvent donnés ou vendus très peu chers, même lorsqu'ils sont encore chatons.

Les différences de coût après l'adoption

Un vétérinaire fait un vaccin à un chaton roux

L'âge n'influe pas uniquement sur le prix d'achat du chat, mais aussi sur les dépenses qui doivent être réalisées peu après l'adoption et dont le montant est non négligeable.

 

En effet, lorsqu'on accueille un chaton de deux mois chez soi, celui-ci n'est ni identifié, ni stérilisé, ni même complètement vacciné. Or, ces postes de dépenses sont plutôt onéreux, puisqu'il faut compter entre 50 et 100 pour le premier, entre 50 et 150 euros pour le deuxième (selon qu'il s'agit d'un mâle ou une femelle), et près de 150 euros pour le troisième.

 

Lorsqu'on adopte un chat adulte en revanche, ces dépenses ont normalement au moins en partie été réalisées par le maître précédent : en général, l'animal est déjà identifié, vacciné (il ne reste qu'à faire les rappels chaque année, qui sont moins onéreux que les premières injections) et parfois aussi stérilisé, en particulier s'il provient d'un refuge. Autant de dépenses coûteuses qui ne sont plus à la charge du nouvel adoptant.

La durée d'engagement en fonction de l'âge

Adopter un chaton, un jeune adulte, un chat déjà mature ou senior n'implique pas la même durée d'engagement pour le maître.

La durée d'engagement avec un chat adulte

Un chat Seychellois assis dans l'herbe
Le Seychellois vit en moyenne une douzaine d'années

En moyenne, un chat vit aujourd'hui une quinzaine d'années, voire une vingtaine pour les races de chats qui vivent le plus longtemps. Il existe donc des différences de longévité d'une race à l'autre, mais beaucoup moins que ce que l'on observe par exemple chez le chien.

 

En tout cas, lorsqu'on décide d'adopter un chat déjà âgé (par exemple d'environ 10 ans), la durée d'engagement est loin d'être aussi longue qu'avec un chaton, puisqu'il en est déjà à plus de la moitié de sa vie. Elle est même extrêmement réduite dans le cas de certaines races qui, à l'instar par exemple du Seychellois ou du Bambino, ne dépassent qu'assez rarement une douzaine d'années.

 

Si le futur adoptant ne se trouve pas dans une situation très stable, s'attend à des bouleversements importants dans sa vie au cours des années à venir ou bien tout simplement n'a pas envie de s'engager sur une longue durée, il a probablement tout intérêt à opter pour un chat adulte - voire senior - plutôt que pour un chaton. Dans le cas d'une première adoption, ce peut être d'ailleurs une manière pour lui de mesurer concrètement ce qu'avoir un chat implique, sans partir d'emblée sur un engagement très long.

 

Une autre option peut aussi consister à jeter son dévolu sur un autre animal de compagnie à la longévité moins importante (par exemple un hamster, qui vit généralement 2 à 3 ans), en attendant d'avoir plus de visibilité et/ou de certitudes.

La durée d'engagement avec un chaton

Un adorable chaton gris et blanc joue avec une serviette rose
Adopter un chaton, c'est s'engager sur environ 15 ans

À l'inverse, adopter un chaton ou un très jeune adulte, c'est s'engager sur près de 15 ans, voire davantage - à titre d'exemple, l'espérance de vie du chat de gouttière se situe entre 15 et 20 ans. Ce n'est donc pas une décision à prendre à la légère.

 

Bien entendu, l'augmentation de la longévité des chats grâce aux progrès de la médecine vétérinaire a des avantages, d'autant que la plupart des petits félins restent très longtemps en bonne santé : elle permet de passer plus de temps aux côtés de son animal, d'en profiter plus longuement. Mais elle signifie aussi des contraintes (en termes de budget, de logistique, de responsabilité...) pendant plus longtemps. Il est donc crucial de bien prendre la peine de réfléchir avant d'adopter un chaton, car il ne saurait être question de le traiter comme un objet devenu obsolète et de s'en débarrasser dès lors qu'on n'a plus le temps, l'argent et/ou l'envie de s'en occuper.

 

Certes, bien malin est celui qui peut dire avec certitude quelle sera sa situation exacte dans 5, 10 ou 15 ans : la vie est susceptible de réserver à tout moment de bonnes ou mauvaises surprises, si bien qu'il est impossible de prévoir totalement de quoi demain sera fait. Même le plus prudent et précautionneux des maîtres n'est pas à l'abri d'un coup du sort qui le rende incapable de continuer à prendre soin de son animal correctement. Tant qu'elle demeure raisonnable, il faut savoir accepter cette part d'incertitude, sous peine de ne jamais franchir le pas.

Le risque d'arnaques en fonction de l'âge

Une personne malhonnête debout dans l'ombre tient des billets de banque dans sa main

Les chats sont des animaux de compagnie extrêmement populaires - peut-être même les plus populaires au monde -, et certaines personnes mal-intentionnées l'ont bien compris. Elles utilisent donc les bons sentiments des adoptants pour gagner beaucoup d'argent, par exemple en postant des annonces de don de chats (ou de vente) qui sont fausses ou mensongères.

 

Cela étant, le risque de tomber sur une arnaque n'est pas le même selon qu'on souhaite acquérir un chaton ou un chat déjà adulte.

Le risque d'arnaques avec un chaton

Un chat malheureux enfermé dans une cage

La quasi-totalité des arnaques liées à la vente de chats concernent les chatons, en particulier ceux qui appartiennent à des races onéreuses, puisque c'est pour eux que les futurs adoptants sont prêts à mettre la main au portefeuille.

 

Il existe dans l'ensemble trois types d'arnaques :

 

  • celles promettant un chat qui n'existe pas : un paiement anticipé est alors demandé pour couvrir des soi-disant frais (sanitaires, de transport, etc.). Une fois la somme réglée, soit l'auteur de l'annonce frauduleuse réclame encore plus d'argent sous un prétexte quelconque, soit il disparaît tout bonnement de la circulation. Dans les deux cas, l'adoptant ne reçoit jamais l'animal promis, qui de toute façon n'existe pas ;

 

  • celles faisant passer le chaton vendu comme appartenant à une race très chère qui n'est pas la sienne, dans le but de réclamer une somme bien plus importante que ce qu'il devrait coûter. C'est d'autant plus facile que beaucoup de races de chats se ressemblent et se confondent facilement ;

 

  • celles promettant un animal en pleine forme, élevé dans de bonnes conditions et ayant tous ses papiers en règle, alors qu'il est issu d'une usine à chatons (c'est-à-dire un élevage intensif), n'a reçu ni l'attention ni les soins nécessaires pour être en bonne santé et est accompagné de faux documents. Il est même parfois plus jeune que l'âge légal à partir duquel un chaton peut être vendu...

 

Si personne n'est à l'abri de tomber sur une arnaque de ce type, le risque est tout de même beaucoup plus important avec un chaton, a fortiori s'il appartient (ou est supposé appartenir) à une race populaire et chère.

Les arnaques avec un chat adulte

Un chat gris tabby aux yeux jaunes allongé sur un lit avec un regard triste

Même si elles existent aussi, les arnaques relatives à des chats adultes sont nettement moins nombreuses que celles avec des chatons.

 

En effet, comme ceux-ci sont moins plébiscités par les adoptants et généralement vendus moins cher (voire donnés « contre bons soins », même si cette formule doit inciter à la vigilance), le potentiel de gain pour les personnes mal-intentionnées est nettement plus faible. Ayant moins de chances de parvenir à extorquer des sommes importantes à des adoptants, ces dernières préfèrent généralement se concentrer sur les arnaques impliquant des chatons.

 

Cela étant, une plus faible probabilité ne signifie pas qu'il faille baisser sa garde : même si le risque est moindre, il n'est pas complètement nul.

Le risque de mauvaises surprises en fonction de l'âge

Le risque de mauvaises surprises avec un chat dépend grandement de l'âge auquel on l'adopte : il est très élevé quand l'adoption a lieu avant la croissance du chaton, et de plus en plus faible au fur et à mesure que celui-ci grandit et s'approche de l'âge adulte.

Les mauvaises surprises liées à l'apparence

Un beau Peterbald aux yeux jaunes
Le Peterbald peut perdre tout son pelage en grandissant

Dans l'ensemble, le risque de mauvaises surprises liées à un changement d'apparence est évidemment plus important avec un chaton qu'avec un adulte ou un senior, puisqu'il n'a pas encore fini de grandir.

 

De fait, la morphologie d'un chat peut beaucoup changer au cours des premiers mois. Par exemple, il est susceptible de :

  • devenir beaucoup plus grand (et encombrant) : certaines races atteignent même un mètre de longueur ;
  • perdre ses poils et devenir entièrement nu, ou au contraire avoir beaucoup de poils qu'au moment de son adoption ;
  • changer de couleur de robe : son pelage peut devenir plus foncé ou plus clair, des taches peuvent apparaître ou disparaître... ;
  • ne pas garder ses yeux bleus, sauf s'il fait partie des races de chats aux yeux bleus.

 

Ces transformations physiques sont parfois telles que certains maîtres abandonnent leur animal après sa croissance, tant son apparence diffère de quand c'était un chaton et ne leur plaît guère.

 

Ce risque n'existe pas quand on choisit d'adopter un chat adulte ou senior, puisque son apparence est alors plus ou moins figée.

Les mauvaises surprises liées au caractère

Un chaton un peu foufou en train d'escalader un arbre

Il n'y a pas qu'en termes d'apparence que des mauvaises surprises sont possibles : le caractère d'un chat est lui aussi susceptible de changer fortement quand il grandit.

 

De fait, les chatons sont généralement très joueurs, foufous, un peu casse-cous et maladroits. Ils n'ont pas encore totalement conscience de leurs limites et font des bêtises, mais ils savent se faire pardonner avec mille ronrons. En grandissant, il est courant qu'ils deviennent moins joueurs, plus pantouflards et plus casaniers.

 

Il existe certes des tests de caractère pour chat, qui permettent d'avoir à l'avance une idée du futur tempérament de son petit compagnon, mais ils sont loin d'être infaillibles et n'empêchent pas les mauvaises surprises.

 

Là aussi, en choisissant un chat adulte ou senior, on s'épargne ce type de déconvenues en optant directement pour un animal ayant le caractère souhaité (plus ou moins câlin, joueur, actif...), et qui n'a que peu de chances d'en changer.

Dernière modification : 04/21/2021.