Choisir un chat : race, sexe, âge, caractère...

Choisir un chat : race, sexe, âge, caractère...

Ça y est, vous avez décidé de franchir le pas : adopter un chat ! Mais lequel ? Il n'est pas inutile de bien de renseigner avant de choisir son futur compagnon, car son âge, son genre, sa race et sa personnalité auront une grande influence sur le quotidien avec lui au cours de toutes les années passées ensemble.


Quoi qu'il en soit, il est important de bien avoir en tête qu'un chat n'est ni une peluche, ni un produit de consommation, mais bien un être vivant qui a ses besoins propres. Or, la satisfaction d'une bonne partie de ces derniers dépend largement de son maître. Avant d'adopter, il faut donc s'assurer d'avoir bien réfléchi à la responsabilité et l'engagement que cela représente, et avoir la certitude d'être en mesure de s'en occuper convenablement.

Un choix de chats à adopter théoriquement large

Trois adorables chatons sur un lit

Lorsque la décision est prise d'adopter un chat, la première question que l'on se pose généralement est : lequel choisir ?

 

Y répondre n'est pas une mince affaire, car le choix est plus que large. En effet, n'importe qui ou presque peut trouver des chats disponibles à l'adoption à une distance raisonnable de chez lui : entre les particuliers, les éleveurs professionnels, les animaleries ou encore les refuges et autres associations, les canaux ne manquent pas. Si l'on ajoute à cela le fait qu'il est non seulement possible d'aller chercher un petit félin à l'autre bout du pays, mais aussi d'en importer depuis l'étranger, on réalise combien le choix est immense.

 

Ainsi, aujourd'hui, un maître désireux d'adopter un chat peut en trouver d'à peu près toutes les couleurs, morphologies, races, âges, caractères... Il est donc certain de pouvoir trouver son bonheur - du moins en théorie.

Pourquoi choisir un chat est en fait compliqué

Le nombre de chats disponibles à l'adoption est très large. Toutefois, dans la pratique, ceux qu'il est possible et/ou souhaitable d'accueillir n'en constituent qu'une fraction. En effet, une fois qu'on prend en compte différentes contraintes (notamment de mode de vie, de disponibilité et de budget), le choix est considérablement réduit, et seule une petite partie d'entre eux peuvent convenir.

La contrainte du mode de vie

Un chat Européen blanc et gris dans un jardin
Le chat Européen a besoin d'un jardin pour être heureux

Le mode de vie du futur adoptant est probablement une des contraintes les plus limitantes dans le choix d'un chat à adopter. En effet, pour que la cohabitation se déroule bien, il doit être compatible avec les besoins de l'animal, qui diffèrent d'un individu à l'autre.

 

De ce fait, tous les chats ne sont pas faits pour toutes les personnes. Par exemple, un chat Européen a toutes les chances de ne pas être heureux s'il ne dispose pas d'un accès à l'extérieur, et un Chartreux n'est pas forcément très à l'aise dans les foyers bruyants et agités.

 

Autrement dit, on ne doit pas choisir le même type de chat selon que l'on habite dans un petit appartement en ville ou dans une grande maison à la campagne, selon que l'on vit seul ou que l'on partage le foyer avec des enfants et/ou d'autres animaux, etc.

La contrainte du temps disponible

Une femme tient dans un beau chat à poil long dans ses bras

Si la question du mode de vie est évidemment importante, elle est loin d'être suffisante pour s'assurer de faire le bon choix. Parmi les autres critères à prendre en compte figure notamment celui du temps disponible, c'est-à-dire que le maître peut consacrer chaque jour à son compagnon.

 

En effet, même si le chat a la réputation d'être plutôt indépendant, il a tout de même besoin de temps et d'attention au quotidien, que ce soit pour les jeux, les caresses, les éventuelles promenades en laisse en extérieur, le toilettage et tous les autres soins qu'il convient de lui apporter.

 

Pour éviter les problèmes, il est impératif qu'au quotidien la disponibilité du maître soit en adéquation avec les besoins de son animal. Par exemple, s'il n'a pas beaucoup de temps à lui accorder, il vaut mieux opter pour une race de chats indépendante. À l'inverse, s'il recherche avant tout de la compagnie, adopter un chat très affectueux est une bonne option.

La contrainte du budget

Un chat tabby joue avec des pièces de monnaie

Contrairement à ce qui se passe lorsqu'on souhaite choisir un chien à adopter, la question du budget au quotidien n'est pas centrale dans le cas de la gent féline. En effet, les dépenses courantes (nourriture, santé et entretien, accessoires...) sont à peu près les mêmes d'un individu à l'autre, car il n'y a pas de grandes différences en termes de taille, d'appétit, d'espérance de vie, etc. Le budget annuel d'un chat dépend donc assez peu du choix effectué par l'adoptant - sauf s'il adopte un animal à la santé fragile, par exemple du fait de son âge avancé.

 

La contrainte du budget se pose en revanche au moment de l'achat, car certains sont beaucoup plus onéreux que d'autres. Ainsi, les races de chats les plus chères peuvent dépasser le millier d'euros. De l'autre côté du spectre, pour En revanche, pour toute personne qui se contente très bien d'adopter un chat de gouttière (ce qui est d'ailleurs le cas d'une large majorité des adoptants), cet aspect n'est pas vraiment problématique, car ceux-ci sont vendus très peu cher - voire donnés.

Les autres contraintes pour choisir un chat

Un chaton roux et un chaton calico dorment ensemble

En plus du mode de vie, du temps disponible et du budget, d'autres contraintes peuvent venir s'ajouter et limiter les choix possibles.

 

Par exemple, certains adoptants recherchent une race en particulier ou ont une idée très précise du type de pelage et/ou de couleur de robe qu'ils souhaitent pour leur futur compagnon. Les personnes allergiques ont quant à elles intérêt à se tourner de préférence vers une race de chats hypoallergénique et/ou qui perd peu de poils.

Les conséquences d'un mauvais choix de chat

Il est important de prendre tout le temps nécessaire pour bien choisir son chat. En effet, un mauvais choix peut être lourd de conséquences, tant pour le maître que pour l'animal.

Une cohabitation qui se dégrade

Un chat gris avec un regard triste

Passés les premiers moments de bonheur lors de l'arrivée du nouveau-venu dans la maison, la situation peut rapidement se dégrader si le maître n'a pas adopté le "bon" chat et/ou n'est pas à même de s'en occuper comme il le faudrait.

 

Par exemple :

  • s'il n'a pas suffisamment d'espace, n'est pas suffisamment en mesure de se dépenser ou ne reçoit pas assez d'attention, l'animal risque de développer des troubles du comportement : miaulements incessants, malpropreté, léchage excessif... ;
  • s'il n'a pas été socialisé correctement, il peut se montrer exagérément peureux et/ou agressif ;
  • si son pelage, ses oreilles, ses yeux, ses coussinets... ne sont pas entretenus correctement, il risque de tomber malade ;
  • si sa litière n'est pas assez propre à son goût (par exemple parce qu'elle n'est pas remplacée assez souvent), il risque de s'en détourner et développer là aussi divers problèmes de comportement.

Une cohabitation qui devient impossible

Deux chats abandonnés dorment sur du papier journal dans la rue

Si ces problèmes se prolongent dans le temps, la cohabitation au sein du foyer risque de continuer à se dégrader jusqu'à devenir impossible, humain et animal ne parvenant pas à trouver le bon équilibre pour vivre en harmonie. Cette évolution conduit parfois l'animal à fuguer, ou le maître à décider d'abandonner son chat.

 

Même si cette décision terrible peut être préférable au status quo dans certaines situations particulièrement compliquées, elle signifie à chaque fois un traumatisme pour l'animal : il perd à la fois sa famille, son territoire et ses habitudes. Elle n'est pas forcément plus positive pour son propriétaire, notamment s'il s'était fortement attaché à son compagnon et/ou avait déjà passé beaucoup de temps à ses côtés.

 

Prendre le temps de bien choisir quel chat adopter réduit fortement la probabilité d'en arriver à une telle extrémité. En effet, cela évite toute décision précipitée, toute adoption décidée sur un coup de tête, et permet au contraire d'être parfaitement conscient des besoins et contraintes spécifiques de l'animal qu'on est sur le point d'adopter.

Quelles questions faut-il se poser pour bien choisir un chat ?

Un homme en train de réfléchir au choix qu'il doit faire

Dans la mesure où les conséquences d'un mauvais choix de chat ne sont pas anodines, et ce pour l'ensemble des protagonistes, il est important de procéder avec méthode et par étapes.

 

La première d'entre elles est de bien réfléchir non seulement à ce qu'on recherche, mais aussi aux contraintes actuelles et futures qui impacteront directement l'animal : lieu de vie, absences du domicile, temps disponible pour s'en occuper, possibilité de lui donner accès à l'extérieur...

 

Ce n'est qu'une fois qu'il est au clair sur ces points que l'adoptant peut se mettre à chercher le chat qui lui convient. Plusieurs questions se posent alors :

 

Il n'est pas forcément nécessaire de se poser ces questions dans cet ordre précis pour bien choisir son chat. En revanche, il est impératif de bien réfléchir à tous ces points, pour être sûr de prendre la meilleure décision qui soit.

Page 1 :
Pourquoi faut-il bien choisir son chat ?
Par Aurélia A. - Dernière modification : 04/21/2021.

Discussions sur ce sujet