Adopter un chat chez un particulier

Adopter un chat chez un particulier

Plutôt que d’adopter un chat chez un éleveur professionnel ou de recueillir un chat dans un refuge, un autre canal qui s’offre à l’adoptant potentiel est de se tourner vers un particulier qui vend ou qui donne son chat ou les chatons d’une portée. Avant l’adoption, il est important de visiter les lieux pour connaître les conditions de vie de l’animal et de connaître les raisons de la vente ou du don. Il est aussi nécessaire d’observer la mère des chatons, car son caractère peut avoir une influence sur celui de ses petits.

 

Un chat élevé chez un particulier est déjà habitué à côtoyer différentes personnes et parfois d’autres animaux. Ceci n’est pas sans avantages, car il devrait dès lors avoir plus de facilité à s’adapter à sa nouvelle famille.

 

En France, un particulier est considéré comme un éleveur dès qu’il vend une portée de chats. Il doit donc obtenir un numéro SIREN et se déclarer auprès de la Chambre d’Agriculture de son département. Les éleveurs qui vendent seulement une portée par an de chats de race inscrits au Livre Officiel des Origines Félines (LOOF) sont exemptés de ces obligations et peuvent se contenter d’obtenir un numéro de portée auprès du LOOF.

 

Toutefois, la prudence est de mise lorsqu’on adopte un animal auprès d’un particulier. Si un individu vend des chatons à outrance, c’est probablement qu’il cherche à gagner de l’argent facilement et de façon peu éthique. Dans ce cas, mieux vaut passer son chemin et se tourner vers une personne plus sérieuse.

 

Enfin, il faut être particulièrement vigilant avec les annonces de dons de chat (et même parfois les annonces de vente de chats) sur internet. Certains escrocs (souvent basés dans divers pays africains) parviennent à convaincre des personnes crédules d’envoyer des centaines d’euros simplement en leur faisant miroiter un chaton dont elles ne verront au final évidemment pas la couleur. Un minimum de bon sens et de recul critique s’impose : il faut se méfier des annonces trop alléchantes, et ne jamais accepter de débourser quoi que ce soit en échange d’une vague promesse d’envoi d’un animal.

Dernière modification : 10/14/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager