Faire photographier son chat par un photographe animalier

Faire photographier son chat par un photographe animalier

Tout propriétaire de chat souhaite potentiellement un jour ou l’autre avoir des photos de son animal. N’importe quel téléphone portable faisant également office d’appareil photo, il n’y a alors rien de plus simple.

Néanmoins, il est possible aussi de faire appel à un photographe professionnel : cela permet d’obtenir des images de haute qualité, car il a des équipements et une expertise qu’on ne possède généralement pas soi-même.

Or, il existe des photographes spécialisés dans la photographie d'animaux, notamment dans la réalisation de portraits de chats. Ils sont particulièrement qualifiés pour une séance photo de ce type.

Dans quels cas peut-il être judicieux de faire appel aux services d’un tel professionnel ? Quels sont les aspects à prendre en compte en amont d’une séance photo ? Comment se déroule-t-elle, et comment faire en sorte que les choses se passent au mieux ?

Les spécificités du métier de photographe animalier

En quoi consiste le métier de photographe animalier ?

Un chat noir sur un arbre à chat en train d'être pris en photo

Un photographe animalier est un professionnel spécialisé dans la capture d'images d'animaux, qu'ils soient sauvages ou domestiques.


Dans le premier cas, il a pour principal objectif de documenter au travers de ses clichés divers aspects de la vie et du comportement des animaux dans leur milieu naturel. Dans le second, il s’intéresse davantage à la mise en scène, à la pose prise par l'animal, au décor, à l'utilisation d'accessoires et éventuellement aux interactions avec le maître dès lors que ce dernier est présent lors de la séance.


Alors que les propriétaires d'animaux prennent généralement des photos spontanées, un photographe professionnel consacre du temps à la préparation de la séance, afin d’obtenir des clichés originaux et exceptionnels. De ce fait, ces derniers sont davantage susceptibles d’être utilisés à des fins décoratives ou d'illustration, par exemple en étant imprimés sur un support : poster, tasse, vêtement, objet décoratif...


Un photographe animalier peut travailler pour des professionnels ou pour des particuliers. Dans le premier cas, il peut s’agir notamment d’agences de publicité, d’acteurs de l'industrie des produits et services pour animaux, de revues spécialisées ou d’éleveurs. Il est courant d’ailleurs qu’il combine différents types de clients pour diversifier les sources de revenus et les expériences.


Dans tous les cas, il a pour mission de prendre de beaux clichés qui répondent aux attentes de son client. Quand ce dernier est un professionnel (en particulier un éleveur), cela peut impliquer de mettre en valeur des aspects liés aux caractéristiques ou au comportement de la race à laquelle appartient l’animal. Pour un particulier, l'accent est généralement plutôt mis sur son apparence et sa personnalité ainsi que sur le lien qui l’unit à son propriétaire, dans le cas où ce dernier apparaît sur certains clichés. Quoi qu’il en soit, le photographe veille bien sûr à répondre au mieux aux attentes de ses clients.


En général, il ne se spécialise pas uniquement dans la photographie d'une espèce animale en particulier – par exemple les chats. Il couvre plutôt soit un large éventail d'animaux de compagnie (chats, chiens, chevaux, etc.), soit les animaux de compagnie plus d'autres sujets (par exemple des portraits), afin de diversifier son activité et sa clientèle.


Que ce soit en France, en Belgique, en Suisse ou au Québec, il n’existe pas de registre officiel recensant les photographes animaliers, si bien que leur nombre exact est inconnu. Il est clair toutefois qu’ils ne représentent qu’une minorité parmi les professionnels de la photographie, en particulier ceux qui proposent de photographier des chats.


Par ailleurs, contrairement à d'autres professions liées aux animaux (vétérinaire, toiletteur, taxi animalier…), le métier de photographe animalier n'est généralement pas soumis à une réglementation spécifique. En tout cas, ce n’est le cas ni en France, ni en Belgique, ni en Suisse, ni au Canada. Il n'est pas nécessaire d'obtenir un diplôme particulier ou de suivre une formation précise pour l’exercer.


En tout état de cause, l'expérience et la pratique jouent un rôle essentiel dans ce métier. Comme d’ailleurs n’importe quel photographe, un photographe animalier peut notamment développer ses compétences à travers l'auto-apprentissage, l'accompagnement d'un autre professionnel ou une formation dédiée. En parallèle, il doit bien sûr disposer de compétences techniques en matière de photographie et d’usage d’un matériel professionnel : appareils photo, objectifs, trépieds…


En plus de ces compétences techniques, il doit être patient, observateur et bien connaître le comportement des différentes espèces animales qu'il photographie. C’est nécessaire pour réussir à réaliser effectivement des clichés de qualité.

Quel est le matériel utilisé par un photographe animalier ?

Un photographe travaillant sur son ordinateur portable avec un appareil photo et ses objectifs posés à côté

À l’instar des autres photographes professionnels, un photographe animalier utilise généralement des équipements de qualité supérieure pour capturer des images nettes et détaillées, même dans des conditions difficiles : obscurité, humidité, mouvement… Le choix précis du matériel dépend de divers facteurs, notamment le type d'animaux concerné, l'environnement dans lequel il travaille et son budget.


En règle générale, les photographes spécialisés dans la faune sauvage optent pour des objectifs à longue focale, notamment des téléobjectifs fixes ou avec un zoom, qui leur permettent de prendre des photos à distance sans perturber leurs sujets. Cependant, pour capturer des gros plans de petits mammifères, ils privilégient plutôt les objectifs macro.


Dans tous les cas, l’un des accessoires essentiels est le trépied, utilisé pour stabiliser l'appareil photo et garantir des images nettes. Il est également courant de disposer d'une télécommande permettant de déclencher l'appareil à distance.

Pourquoi solliciter un photographe animalier ?

Que ce soit pour soi-même ou pour un tiers, il existe de nombreuses situations dans lesquelles il est judicieux de solliciter un photographe spécialisé dans la photographie d'animaux.

Pour soi-même

Un chat blanc portant un chapeau pointu et assis devant un gâteau d'anniversaire

Il est pertinent de faire appel à un photographe animalier lorsqu’on souhaite :

 

  • garder un souvenir mémorable de son animal à un moment de sa vie : par exemple lorsqu’il n’est encore qu’un chaton de quelques mois et vient de faire son arrivée dans le foyer, ou au contraire quand il approche du terme de son existence ;

  • célébrer un événement privé concernant l’animal lui-même (par exemple son anniversaire), ou bien un événement concernant un membre du foyer mais auquel il est présent : un mariage, une fête, un rassemblement... ;

  • documenter sa participation à une exposition féline ou un autre évènement public du même genre ;

  • obtenir des images de haute qualité pour une utilisation dans un projet artistique, photographique ou non, dans lequel il est présent ;

  • créer un objet à son effigie : par exemple un coussin imprimé, une tasse, un vêtement, ou même un portrait d’animal personnalisé ;

  • disposer de belles photos de lui qu’on utilise par exemple pour décorer la maison, mettre en fond d’écran sur son ordinateur ou son smartphone, etc. ;

  • partager des photos de lui avec sa famille et ses amis, voire avec une communauté plus large d'amateurs de félins (par exemple sur les réseaux sociaux) ;

  • le mettre en valeur si on est éleveur et qu’on souhaite promouvoir son activité afin d’attirer des adoptants.

Pour un tiers

Deux femmes en train de s'enlacer après un échange de cadeaux

Il existe des situations où l'on fait appel à un photographe animalier non pas pour son propre usage, mais dans le but de fournir les photos obtenues à une tierce personne. En effet, elles peuvent être offertes par exemple à un ami ayant un attachement particulier à l'animal en question ou à un membre de la famille – par exemple un enfant pour son anniversaire ou à Noël.


On peut aussi offrir une séance photo en cadeau à un proche qui aimerait faire photographier son animal par un professionnel mais n'a jamais eu l'occasion de le faire, par exemple du fait de contraintes financières. Il peut également s’agir d’une surprise qu’on fait à quelqu'un qui n'a peut-être jamais envisagé cela, que ce soit un ami proche ou simplement une connaissance (par exemple un collègue de travail pour qui un cadeau commun est organisé à l’occasion de son départ à la retraite). Dans les deux cas, la séance photo permet au destinataire du cadeau de passer un moment spécial avec son animal et d’en conserver de magnifiques photos.

L’intérêt de faire appel à un professionnel

Une famille assise sur le canapé, posant avec leur chat

L'un des avantages principaux de faire appel à un photographe animalier pour photographier son chat est la possibilité d'apparaître soi-même sur les clichés si on le désire. Le résultat a toutes les chances d’être plus satisfaisant qu’en utilisant le mode retardateur de son appareil photo ou une perche à selfies...


D’ailleurs, que l’on souhaite ou non figurer soi-même sur les photos, un autre intérêt de solliciter un photographe professionnel est la qualité de ces dernières. En effet, tant la qualité de son équipement que son expertise dans la prise de vue et sa sensibilité artistique lui permettent de produire des photos mémorables. C’est d’autant plus vrai qu’il dispose éventuellement d'un studio, de décors spécifiques et d'accessoires susceptible d’y ajouter une touche d’originalité.


Au demeurant, il peut utiliser sa créativité et son expérience pour concevoir des mises en scène originales auxquelles on n'aurait pas forcément pensé par soi-même.


Enfin, dès lors qu’il est habitué à prendre des chats en photo, il sait quelles postures et poses peuvent permettre d’obtenir des photos réussies.

Comment trouver un photographe animalier

Trouver le bon professionnel

Un chat noir assis sur une étagère en train d'être photographié

Dès lors qu’on décide de faire photographier son chat par un professionnel, il est important de prendre le temps de bien choisir ce dernier. En effet, c’est une occasion assez rare – voire unique –dans la vie de l'animal, donc autant mettre toutes les chances de son côté que le résultat obtenu corresponde parfaitement à ce qu’on attend.


Étant donné qu'il existe de nombreux photographes animaliers, il est judicieux de réduire la sélection en se concentrant sur ceux qui se trouvent à distance raisonnable du lieu où l'on réside : cela permet notamment d'économiser sur le coût du déplacement. Il existe de nombreuses manières de les trouver : consulter un annuaire des photographes animaliers, utiliser un moteur de recherche, parcourir les réseaux sociaux, ou encore tout simplement se fier aux recommandations de proches, d'amis ou d'autres propriétaires de chats ayant déjà fait appel à un tel professionnel.


Se pose toutefois la question du style de photos que l’on souhaite. En effet, chaque photographe a une sensibilité artistique qui lui est propre, et qui ne correspond pas forcément à ce que l’on attend. En cas de divergence significative entre les deux, il y a un risque de déception. Par conséquent, il est important d'examiner le portfolio en ligne des différents professionnels envisagés, afin d'éliminer ceux dont la « patte » ne correspondent pas à ce qu’on désire et d'identifier ceux qui au contraire semblent compatibles.


Enfin, il faut vérifier également si le photographe possède une solide expérience dans la photographie d’animaux, et en particulier de chats. Ces derniers étant particulièrement imprévisibles, il est crucial qu’il ait l’habitude de travailler avec eux.

 

La consultation des avis en ligne laissés par des clients peut donner une idée de son ancienneté et de ses compétences. Il est toutefois essentiel de garder à l'esprit que tous les avis clients et les témoignages en ligne, qu'ils soient positifs ou négatifs, ne doivent pas être pris systématiquement pour argent comptant : certains peuvent être faux.

Se mettre d’accord sur les modalités

Une photographe et sa cliente, assises côte à côte et regardant une feuille de papier

Avant de faire son choix final, il est essentiel de rencontrer le photographe ou au moins d'avoir une conversation avec lui par téléphone ou par e-mail. Cette interaction permet de clarifier ses attentes et de poser des questions pratiques sur le déroulement de la séance photo.


C’est d’autant plus vrai qu’une bonne entente avec lui permet non seulement de faire en sorte que la séance soit un moment agréable pour toutes les parties prenantes, mais également de maximiser les chances d’obtenir des clichés de qualité. En effet, un chat est généralement sensible aux émotions humaines, en particulier celles de son propriétaire : si ce dernier est contrarié, anxieux ou méfiant envers le photographe, il a tôt fait de le ressentir et se sentir lui aussi mal à l'aise, ce qui évidemment complique les choses.


Quoi qu'il en soit, avant de s'engager, différents sujets doivent être passés en revue. C'est notamment le cas de :

 

  • la politique de réservation, et notamment la possibilité de reporter la séance (par exemple en cas de mauvais temps ou de maladie) ;

  • la possibilité d'apporter des accessoires ou des idées originales pour personnaliser la séance photo ;

  • le nombre de clichés à livrer et le délai de livraison (en prenant en compte le temps nécessaire pour d'éventuelles retouches) ;

  • les droits d'utilisation et de diffusion des images.


La durée prévue pour la séance doit également être discutée : certains photographes ne définissent pas une durée exacte, partant du principe qu’elle peut varier sensiblement en fonction de la façon dont les choses se déroulent le jour J. D'autres au contraire ont des horaires plus stricts.


Les échanges avec le professionnel doivent également servir à confirmer le tarif, à préciser ce qui est inclus et ce qui ne l'est pas (nombre de photos, tirages, mode de livraison, etc.), ainsi que les différentes options disponibles. Ceci permet d'éviter une désagréable surprise pendant la séance ou après.


Une fois qu’on a décidé sur quel photographe on jette son dévolu, réserver la séance photo suffisamment à l'avance augmente les chances qu'il soit effectivement disponible à la date souhaitée, surtout s'il est très demandé et a un emploi du temps chargé.

Signer un devis ou un contrat

Deux personnes discutant autour d'une table en étudiant un document

Un photographe n'est pas obligé d'établir un devis ou un contrat avant de fournir ses services. Néanmoins, il est fortement recommandé de procéder de la sorte, car un tel document protège les intérêts des deux parties.


Lorsque le client est un particulier, un devis s’avère généralement suffisant – d’autant qu’il a une valeur contractuelle. Il est essentiel de l'examiner attentivement avant de le signer, car il doit mentionner les éléments importants convenus avec le photographe. Si rien n’y figure concernant tel ou tel ou tel aspect significatif discuté ensemble, il ne faut pas hésiter à demander l’ajout d’une mention sur le sujet.


Un contrat est généralement plus détaillé qu’un devis et permet d'anticiper un plus grand nombre de situations. Il peut contenir par exemple des clauses prévoyant des circonstances dans lesquelles le photographe pourrait dépasser le délai de livraison convenu, une exonération de sa responsabilité si le client perd ou dégrade les photos, des détails sur les droits d'utilisation des images par chaque partie, des conditions spécifiques pour annuler ou reporter la séance, des dispositions relatives au règlement d’un éventuel litige, etc.


Quelle que soit la forme choisie, tout ce qui est stipulé dans le(s) document(s) signé(s) par les deux parties est contraignant et opposable en cas de désaccord. En effet, un devis ou un contrat permet au photographe de prouver que le client a accepté les termes de la prestation (durée, prix, modalités de paiement, livrables, etc.), et au client de prouver sous quelles conditions le photographe a accepté de fournir ses services.


Si l'on décide d’avancer sans qu’un devis ou un contrat ne soit signé, il est d'autant plus essentiel de discuter en détail des conditions de la prestation avec le photographe en amont de la séance. Cela concerne notamment le tarif et les modalités de cette dernière, mais aussi la sélection et la livraison des images – ainsi que leur retouche éventuelle. L’idéal est alors que ces échanges soient consignés par écrit (par exemple, des e-mails), afin d’avoir une trace en cas de désaccord ultérieur.

Les conditions à respecter pour le bon déroulement d’une séance photo

Faire photographier son chat par un professionnel suppose de respecter certaines conditions nécessaires au bon déroulement de la séance.

Être en mesure de contrôler son chat

Un chat Maine Coon courant à toute vitesse dans une prairie

Dans le cas d’une séance photo en extérieur, il est vivement conseillé de prévoir une laisse adaptée au chat afin d'éviter qu'il ne prenne la poudre d’escampette. Certains photographes utilisent d’ailleurs alors une laisse très fine et retouchent les photos pour qu’on ne la voie pas sur les clichés finaux. Dans tous les cas, quel que soit le lieu choisi, le propriétaire reste évidemment responsable du comportement de son animal tout au long de la séance - comme à n’importe quel autre moment.


Que l’on soit en intérieur ou au dehors, avoir un chat obéissant peut évidemment faciliter les choses lors de la séance photo, surtout s’il est familier avec des ordres de base tels que « Assis ! » ou « Viens ici ! ».

S’assurer de son bien-être

Une photographe en train de caresser un chat dehors

Lorsqu'on fait photographier son chat par un professionnel, la priorité absolue est son bien-être et sa sécurité. Si la moindre préoccupation surgit à cet égard, il est préférable de suspendre, reporter ou annuler la séance.


Avant toute chose, il est crucial de s'assurer qu’il est en bonne santé et en pleine forme. S’il est souffrant à cause d’une maladie ou une blessure, ou s'il est en phase de convalescence, mieux vaut reporter la séance.


Cela signifie aussi qu’il peut arriver que le photographe décline certaines demandes, en particulier s’il estime qu’il y a un risque pour l’animal. Par exemple, il refuse généralement de photographier plusieurs chats qui ne s'entendent pas ou un chat avec un autre animal qu’il n’apprécie pas, de peur que la séance ne soit trop périlleuse – y compris d’ailleurs potentiellement pour lui-même.


D'ailleurs, la sociabilité du chat revêt une grande importance lorsque l'on envisage de le faire photographier par un photographe professionnel. Il doit se sentir à l'aise en présence d'étrangers, en particulier de ce dernier. S’il est extrêmement timide, anxieux ou hostile envers les personnes qu'il ne connaît pas, il est essentiel de choisir un professionnel capable de gérer de tels comportements et de réagir de manière appropriée.


Dans tous les cas, pour rendre la séance photo la moins perturbante possible pour lui, il est important de communiquer clairement avec le photographe au sujet de ses préférences, de son comportement, de ses réactions aux stimuli, etc. Plus le professionnel a de renseignements sur l’animal avec lequel il travaille, plus il est en mesure de s'adapter à lui et de préserver son bien-être.


Cela dit, à l’impossible nul n’est tenu : organiser une séance photo relève quasiment de l’impossible dans le cas d’un chat qui fuit systématiquement devant toute personne inconnue ou avec laquelle il n’a pas d’affinité…  

Comment se déroule une séance photo avec un photographe animalier ?

Chaque séance photo avec un photographe animalier est unique, car elle dépend du professionnel, de l'emplacement choisi et des attentes du client. Dans tous les cas, une communication efficace avec le professionnel avant et pendant est cruciale pour s’assurer que tout se passe bien et que les photos obtenues répondent aux attentes.

La discussion en amont

Une photographe, appareil photo à la main, en train de discuter avec une cliente

En plus de la première interaction qui a lieu lors de la prise de contact initiale, le photographe propose généralement un échange en amont de la séance photo. Celui-ci peut se dérouler par téléphone, par e-mail ou en personne.


Ce dialogue permet de confirmer le tarif et ce qu’il inclut, mais également de formuler plus en détails ce qu’on attend de la séance photo, notamment en abordant de nombreux aspects pratiques : le lieu de la séance, le style de clichés souhaité, l'utilisation ou non d'accessoires (que l'on fournit soit-même ou qui sont fournis par le professionnel), les éventuelles idées spécifiques que l’on a en tête (mais qui ne sont pas forcément réalisable), le fait d’être ou non présent (sur le lieu de prise de vue d’une part, sur les photos d’autre part). C'est également l'occasion d'examiner les différentes contraintes à prendre en compte, en particulier en ce qui concerne le choix de l'emplacement.

Le choix de l'emplacement

Un photographe prenant en photo un chat debout sur un muret au bord de l'océan

Choisir un emplacement est une des principales décisions qu’il faut prendre avant la séance photo. Cela dit, il n’y a pas forcément besoin de chercher bien loin : on peut obtenir des clichés originaux et/ou capturer des moments de la vie quotidienne d'un chat tout simplement dans un studio photo (loué pour l’occasion, ou appartenant au photographe) ou au domicile (que ce soit à l’intérieur ou en extérieur, si l’on dispose d’un jardin et qu’il est habitué à s’y rendre). En tout état de cause, s’il n’a habituellement pas accès au dehors, mieux vaut évidemment privilégier un lieu en intérieur.


Décider d’organiser la séance à domicile comporte des avantages non négligeables. En premier lieu, c'est évidemment plus simple sur le plan logistique. De plus, cela permet au chat d’être dans son environnement familier, où il se sent à l'aise et où il est moins susceptible d’être distrait par toutes sortes de choses titillant sa curiosité. Cela lui évite aussi le stress potentiel du transport.

 

Opter pour le domicile est particulièrement judicieux pour un individu craintif, anxieux ou à la santé fragile. Il convient toutefois de noter que le photographe est susceptible de facturer alors des frais de déplacement, contrairement à une séance dans son studio.


En tout état de cause, le choix de l'emplacement doit évidemment être effectué en faisant passer en premier le bien-être de l'animal. Par exemple, mieux vaut opter pour la maison s’il est affaibli ou vit généralement mal d’être transporté. S’il est sensible à la chaleur et qu’on est en plein été, un lieu fortement exposé au soleil n’est probablement pas le meilleur choix… Inversement, une séance en extérieur par temps froid (voire dans la neige) est à éviter s’il est frileux.

 

Il est également essentiel de prendre en compte la présence éventuelle de tiers. Par exemple, un endroit fréquenté par de nombreuses personnes ne convient pas à un chat craintif et facilement effrayé par la présence d’inconnus, car il aurait tôt fait de s’enfuir.

 

Plus largement, mieux vaut de façon générale choisir un endroit où les distractions sont minimales, pour éviter que l'animal ne soit trop dissipé et/ou stressé pendant la séance. La meilleure option est souvent un espace intérieur ou clos, calme et à l'écart des foules.


Le type de cliché souhaité peut également entrer en ligne de compte pour le choix du lieu. Par exemple, pour une mise en scène créative ou artistique, mieux vaut opter soit pour le domicile, soit pour un studio photo. Du reste, même si l’on a une idée en tête concernant l'emplacement, le photographe est le mieux placé pour évaluer sa faisabilité. Il peut ainsi refuser un endroit induisant un risque pour son équipement ou pour la sécurité de l'animal (par exemple du fait de la proximité d’un point d’eau ou d’un risque de chute).

 

Enfin, il est judicieux de prévoir une option de secours en intérieur si la séance est prévue en extérieur : la pluie est susceptible d’endommager le matériel du photographe, et la plupart des chats détestent avoir le poil mouillé. Si on avait opté pour le jardin de la maison, la solution la plus évidente est alors bien sûr de se rabattre sur l’intérieur du domicile. En tout cas, mieux vaut avoir discuté en amont avec le photographe de ce problème éventuel.

La préparation

Un chat assis sur un canapé en train de se faire peigner

Lorsqu'on fait appel à un professionnel pour photographier son chat, on souhaite évidemment que les clichés le mettent en valeur. Par conséquent, il est essentiel de faire le nécessaire pour qu'il soit en bonne forme, propre et soigné le jour de la séance photo.


Par ailleurs, dans les semaines ou jours précédant la séance, on peut réfléchir au collier et aux éventuels accessoires à lui faire porter, ainsi qu'à la tenue que l’on aura soi-même si l'on prévoit d'apparaître sur les photos. En fonction du type de clichés envisagés, le photographe peut donner des suggestions plus ou moins détaillées à ce sujet, ou au contraire laisser le client décider. Quoi qu’il en soit, c’est ce dernier qui doit avoir le dernier mot sur ces aspects-là.


Il est également judicieux de prévoir des friandises : elles peuvent servir de récompense et faciliter la coopération du chat, surtout si la séance est longue.


Disposer de jouets qu’il apprécie est également bénéfique. C’est particulièrement vrai s’il n’est pas dans son environnement habituel, car ces objets ont pour lui un côté rassurant. Dans tous les cas, prévoir des pauses ludiques est fort utile pour qu'il se détendre, en particulier si la séance dure un certain temps.


Enfin, avant de commencer la prise de vues à proprement parler, il est essentiel que le chat et le photographe apprennent à se connaître. Cette étape est indispensable pour que le premier accorde sa confiance au second (ou au moins ne se montre pas trop méfiant à son égard), et donc augmente les chances qu'il reste calme et suffisamment attentif tout au long de la séance. C’est tout particulièrement important s'il s'agit de sa première séance photo, car cela constitue une expérience nouvelle pour lui. Cette phase permet aussi de se rassurer soi-même : c’est loin d’être inutile, car le comportement d'un chat peut être influencé négativement par l'éventuelle anxiété de son propriétaire.

La prise des photos

Un chat allongé sur un arbre à chat et regardant le photographe qui le prend en photo

Bien que cela puisse varier en fonction des préférences du client et des méthodes du photographe, le propriétaire du chat est généralement présent pendant la séance photo. Le photographe n’hésite alors pas à utiliser la relation entre ce dernier et son animal pour immortaliser toutes sortes de poses et d'expressions.

 

Il est enclin du reste à prendre en compte la personnalité de chacun lorsqu'il donne des directives pour obtenir les meilleurs clichés possibles. Par exemple, dans le cas d’un chat timide, il peut suggérer de le photographier assis sur les genoux de son propriétaire – d’autant que cette configuration est de nature à le rassurer. Dans le cas d’un chat actif, il peut chercher à le prendre en train de jouer avec son maître.

 

Le professionnel est d'ailleurs susceptible d'inciter ce dernier à interagir avec son animal, par exemple en le caressant ou en le récompensant avec des friandises. En effet, cela peut contribuer à le mettre en confiance, ce qui aide à obtenir des photos réussies.

 

En tout cas, le nombre de clichés pris lors d'une séance varie considérablement en fonction de sa durée : plus elle est longue, plus le photographe est en mesure d’expérimenter différents angles et éclairages. La façon dont les choses se déroulent a également une influence : si le chat est peu réceptif et ne cesse de bouger, il est plus difficile d’obtenir de nombreux clichés exploitables. Dans tous les cas, le professionnel veille évidemment à capturer suffisamment de photos pour que son client ait un large choix – voire souhaite au final acheter plus de photos que prévu.


La séance dure généralement entre un peu moins d'une heure et quelques heures, en fonction de ce qui a été convenu au préalable, des conditions le jour J et du comportement de l’animal. En tout état de cause, la patience est une qualité essentielle pour un photographe animalier, car même un chat d’ordinaire plutôt facile à vivre et coopératif peut se montrer imprévisible. Quel que soit son tempérament, il faut souvent un certain temps pour qu’il se sente en confiance. Or, le fait qu’il le soit joue beaucoup pour parvenir à réaliser des clichés de qualité.


Dans tous les cas, son bien-être est toujours une priorité. Par conséquent, même si tout se passe bien, il est nécessaire de faire des pauses de temps à autre pour qu’il puisse se soulager, se dégourdir les pattes, s'hydrater ou encore se nourrir. Une pause est également recommandée s’il commence à montrer des signes de fatigue ou de moins grande réceptivité, ce qui est fréquent lors de séances prolongées. De façon générale, un chat à l'aise se laisse généralement plus facilement prendre en photo, ce qui maximise les chances d’aboutir au résultat souhaité.


Il peut arriver toutefois qu’il soit effrayé ou agressif pendant la séance, en particulier s'il est perturbé par son environnement. Si on ne parvient pas à l’apaiser malgré des pauses et diverses autres initiatives éventuelles, il est préférable d'écourter la séance ou de trouver un endroit plus paisible, afin d’éviter de prolonger cette situation désagréable pour lui.


De fait, le comportement du chat lors de la séance détermine en grande partie le succès de celle-ci et la qualité des photos obtenues. Or, celui-ci dépend à la fois de sa personnalité intrinsèque, de la façon dont les choses s’organisent ainsi que des relations entre les trois acteurs que sont l'animal, son propriétaire et le photographe.

La durée

Zoom sur une horloge

En général, une séance photo professionnelle pour prendre des clichés d’un chat dure d’une trentaine de minutes à quelques heures, mais elle peut même s'étendre sur une journée entière.


La durée précise dépend de plusieurs facteurs, à commencer par la coopération de l'animal (et de son propriétaire, s'il est présent), la quantité de photos à prendre ainsi que les éventuels imprévus (problèmes matériels, conditions climatiques dans le cas d’une séance au dehors, etc.).


Dans tous les cas, la patience est essentielle, à la fois pour le chat, son propriétaire et le photographe. Réussir à capturer les poses et les expressions souhaitées peut prendre beaucoup de temps, parfois sensiblement plus qu'anticipé.


C’est d’ailleurs pour cette raison que la durée prévue est potentiellement approximative. Il est fréquent que le photographe prolonge la séance sans frais supplémentaires s'il a besoin de plus de temps pour atteindre ses objectifs, sous réserve bien sûr que l’entente avec le client soit bonne et que le chat continue à être réceptif.

La sélection et la retouche des photos

Un photographe assis à son bureau retouchant une photo de chat

À l’issue de la séance, le photographe commence par effectuer un premier tri en supprimant les photos floues ou mal cadrées. Ensuite, il présente cette sélection au client et le laisse choisir les images qu’il préfère. Par exemple, s'il est prévu de fournir dix photos, il peut présenter initialement une sélection d’une vingtaine de clichés parmi lesquels on fait son choix. Il est possible bien sûr de retenir au final plus de photos que ce qui était initialement convenu : la tarification est alors ajustée en conséquence.


Le photographe procède ensuite aux retouches nécessaires pour améliorer le rendu des photos sélectionnées, si cela fait partie des services convenus. Ce processus de retouche lui prend généralement quelques heures, mais en fonction de son emploi du temps il n’est pas forcément en mesure de s’en occuper immédiatement.


Ainsi, de la séance photo jusqu’à la remise finale des travaux, l'ensemble du processus peut prendre plusieurs jours. Cela dépend de combien de photos ont été prises, de combien sont retenues, de la complexité des retouches à effectuer ainsi que de la charge de travail du photographe.


Une fois que les photos finales sont prêtes, il les fournit sous forme de fichiers numériques et/ou de tirages, conformément à ce qui a été convenu.

L’utilisation et la diffusion des clichés obtenus

Deux mugs blancs avec des photos de chats dessus

En général, lorsqu'on engage un photographe professionnel, on consent à ne pouvoir utiliser les photos qu’à des fins personnelles : on peut par exemple les afficher chez soi ou les partager avec ses proches, mais pas davantage. Une diffusion plus large n'est alors pas autorisée : les exposer publiquement (par exemple via les réseaux sociaux, ou en les faisant figurer sur des produits qu’on commercialise) constituerait une violation des droits d’auteur qu’il détient sur son travail – avec à la clef une condamnation s’il engage des poursuites.


C’est ce qui est le plus souvent prévu dans le devis ou le contrat, mais on peut très bien décider d’un commun accord que ce dernier autorise un usage des photos en dehors de la sphère privée, en veillant alors à bien préciser les modalités de diffusion envisageables.


Si cet aspect n’a pas été prévu et qu’on demande a posteriori au photographe la permission d’utiliser ses clichés au-delà du cadre personnel, il est en droit de refuser ou de demander un paiement supplémentaire.


Par conséquent, pour éviter toute bévue ou tout problème ultérieur, il est fortement conseillé d’évoquer la question des droits d'utilisation des photos lors des échanges initiaux préalables à la signature d’un devis ou d’un contrat, et de s’assurer que ceux-ci soient parfaitement définis dans le document. C’est particulièrement crucial si on envisage une utilisation commerciale des photos, par exemple en les imprimant sur un ou des support(s) destiné(s) à la vente.


Il convient aussi de souligner que même s'il autorise une diffusion des photos en dehors du cadre privé, le photographe peut intenter des poursuites s'il estime que celle-ci est effectuée de manière abusive – par exemple si elle va au-delà de ce qui était initialement permis, ou porte atteinte à sa réputation ou à son activité.


Du reste, peu importe l'étendue des droits d'utilisation et de diffusion qu’il concède, il conserve des droits moraux sur ses créations, car ces droits sont inaliénables.


Il faut noter par ailleurs que le photographe est lui aussi susceptible de vouloir diffuser les photos afin de promouvoir son travail et ses services, par exemple en les intégrant dans son portfolio ou en les partageant sur les réseaux sociaux. Il est parfaitement en droit de le faire, tant que les clichés partagés ne permettent pas d’identifier le propriétaire de l’animal et ne portent pas atteinte à sa vie privée.  


Pour les photos où l'on apparaît soi-même en étant identifiable, on bénéficie d’un droit à l'image : cela signifie qu'on peut refuser que le photographe les diffuse de quelque manière que ce soit. S’il le fait malgré ce refus (ou carrément sans en avoir au préalable demandé - et obtenu - l’autorisation), il risque une condamnation dès lors qu’on le poursuit en justice. Afin de simplifier les choses pour tout le monde, l’idéal est que cet aspect ait été clarifié en amont de la séance, à travers une clause dans le devis ou le contrat – voire un écrit distinct. Si rien n’a été convenu par écrit à ce sujet, le photographe doit obligatoirement demander l’autorisation avant toute éventuelle diffusion d’une photo sur laquelle on est identifiable. Il convient toutefois de souligner qu’on ne peut arguer d’un droit à l’image dès lors qu’on n’est pas directement identifiable sur la photo – du moins dans la jurisprudence française.


La question ne se pose pas pour les photos où seul le chat apparaît, puisqu'en revanche il n'existe pas de droit à l'image pour les animaux - du moins ni en France, ni en Belgique, ni en Suisse, ni au Canada.

Quels est le prix d’un photographe animalier ?

Une personne donnant de l'argent à un photographe

Le prix d'une séance photo avec un photographe animalier varie de façon importante en fonction de plusieurs paramètres :

  • l’endroit où il réside : les photographes travaillant dans les grandes villes ou les régions densément peuplées ont tendance à facturer des tarifs plus élevés que ceux des zones rurales ;

  • son expérience et sa notoriété : les photographes expérimentés et bien connus demandent généralement des tarifs plus élevés ;

  • le nombre de photos et/ou la durée de la séance : cette dernière est très variable, allant généralement d’une demi-heure à plusieurs heures. Cela dit, même si une durée est définie dans le contrat ou le devis, il arrive que le photographe décide d'aller au-delà sans frais supplémentaires, afin de parvenir à obtenir le résultat souhaité ;

  • le nombre et le type de livrables : fichiers numériques, tirages papier… ;

  • la possibilité de demander des retouches ;

  • la logistique et la gestion du matériel : le photographe peut facturer des frais supplémentaires pour prendre en charge partiellement ou totalement son déplacement, la location d'un studio photo ou l'utilisation d'un équipement spécifique pour les besoins de la séance (stabilisateur, trépied, élément de décor…) ;

  • les droits d'auteur cédés : par exemple, si l'on souhaite obtenir une licence d'utilisation des photos à des fins commerciales, le coût est généralement plus élevé que pour une utilisation strictement privée.

 

Par conséquent, le montant demandé varier fortement d’un cas à l’autre. Pour un particulier, il se situe généralement entre 100 et 500 euros, en fonction des éléments ci-dessus.


Les modalités de paiement sont définies au moment de la réservation, ce qui permet de discuter également des différents modes de paiement possibles : par espèce, par carte bancaire, via une plateforme de paiement comme PayPal... En général, le photographe demande en amont de la séance le versement d’un acompte représentant entre 10 et 50% du prix total de la prestation. Le reste doit normalement être réglé lors de la remise des photos finales, après les éventuelles retouches.


En tout cas, il est essentiel avant toute réservation de prendre le temps de bien discuter du tarif, de ce qu'il comprend ainsi que des éventuelles options. Cela permet de s'assurer que le budget qu’on s’est fixé est respecté, et d'éviter toute mauvaise surprise.

Conclusion

Quelles que soient les raisons de recourir à un photographe animalier pour faire photographier son chat, cela permet d'obtenir des clichés uniques et de grande qualité. En effet, un tel professionnel dispose d’un matériel, de compétences techniques, d’une expérience et d’une sensibilité artistique qu’un amateur n’a généralement pas.


Cependant, chaque photographe a son propre style : il faut donc veiller à en choisir un qui correspond à ce qu’on attend en la matière. Il est important également de bien discuter en amont des modalités exactes : nombre de photos, conditions de diffusion et d'utilisation de celles-ci, coût de la prestation et des options éventuelles, etc.


Par ailleurs, il est important de garder à l'esprit que prendre la pose pour une séance photo n'est pas naturel pour un chat. Il peut avoir besoin de temps pour comprendre ce que l'on attend de lui, voire ne pas se montrer aussi coopératif qu’on l’aurait espéré. Quoi qu’il en soit, il est crucial de tâcher de le mettre à l’aise et de faire passer son bien-être avant tout le reste.


Enfin, même si l’on a l'habitude de prendre des photos de son chat soi-même, une séance avec un photographe professionnel peut constituer une excellente opportunité pour améliorer ses compétences en matière de photographie.

Dernière modification : 29/11/2023.