La mode féline

29/08/2012
Partager :  


Après les chiens, c’est au tour des félins d’avoir droit à leurs vêtements. Coup de griffe!
Vous avez déjà essayé d’enfiler une robe à un chat? Non? Eh bien, laissez tomber, sous peine d’être lacéré, voire de vous retrouver aux urgences avec la main d’Elephant Man, suite à un coup de crocs offusqué. Expérience faite avec «Tequila», 10 ans.

A l’origine de cette idée saugrenue, le lancement d’une première ligne de vêtements destinés aux félins. Pour l’heure, ils sont à commander en ligne. Mais divers modèles sont d’ores et déjà attendus dans les commerces spécialisés de la région. Car, ça y est! Après les chiens, c’est aux chats d’avoir droit à leurs bouts de chiffons. Ce qui valait bien quelques essayages. Tentative bis avec «Geisha», 10 mois.

 

Contrairement à son aînée, elle accepte de passer un survêt’ rose fuchsia. Enfin… deux minutes. Le temps de prendre conscience qu’elle est emballée, la minette se transforme en furie pour se défaire de son étreinte. Et y parvient, trous à l’appui. Bref, double échec! Un manque de classe? «Les chats détestent les contraintes de toute sorte, rappelle Marylène Wassenberg, comportementaliste pour chats. Ils ont déjà de la peine à supporter un harnais ou un collier, alors vous imaginez un vêtement. Ça n’a aucun sens, c’est vraiment stupide.»

 

Alors pourquoi aime-t-on tant transformer nos animaux de compagnie en poupées? «Ils sont encore plus mignons habillés», confie Aurélie Magnin (26 ans), propriétaire d’un chien de race carlin qui ne sort jamais nu. «Donc, si maintenant je peux trouver des habits pour mon chat, je vais lui en offrir.»

Francine Widmer (41 ans) est tout aussi emballée. «Mon chat, c’est comme mon bébé. Alors pourquoi pas le rendre encore plus beau avec un petit costume lors de certaines occasions, notamment quand on a des invités?»

De quoi hérisser Marylène Wassenberg. «Un chat reste un chat. Et il faut le traiter comme tel, en respectant ses besoins, sous peine qu’il développe des problèmes de comportement.» Vétérinaire à domicile dans la région lyonnaise, le Dr Stephen Martin renchérit: «Aujourd’hui, de nombreuses personnes reportent leurs besoins affectifs sur les animaux de compagnie, en les humanisant. Elles les aiment, c’est sûr. Mais trop, et mal, ce qui les stresse. Habiller son chat en est l’exemple type.»

Balade en poussette

Alors certes, certains félins, bonnes pâtes, se laisseront faire. Et accepteront même sans broncher d’aller faire un tour en poussette dans le parc (si, si, après les Etats-Unis, ce genre d’engin est en vente dans certains commerces en France et ne devrait pas tarder à arriver en Suisse). Ce qui ne signifie toujours pas qu’ils apprécient.

D’ailleurs, à trop le traiter comme une poupée, le fauve peut finir par développer différents troubles. Uriner hors de sa caisse, devenir agressif. Ou encore sombrer dans une dépression. Bref, si vous voulez lui témoigner judicieusement votre amour, jouez plutôt une demi-heure par jour avec lui, et, s’il vit en appartement, aménagez votre intérieur de sorte à ce que le chat dispose d’un univers en 3D, afin de pouvoir se cacher, sauter et grimper.

Discussions sur ce sujet