Jeu de chatTout sur les chiensForum chiens Jeux d'animaux gratuits Dreamzer - Sites éditoriaux et jeux gratuits sur les animaux

Belgique - loi qui autorise le tir des chats errants

08/28/2012
Partager :  

Tomi Tomek, de SOS Chats, lance une pétition pour abroger la loi qui autorise le tir des chats errants.

Dans sa tour d’ivoire du Conseil fédéral, Dame Leuthard craindrait-elle le pouvoir des puissants chasseurs? Car elle soutient mordicus l’application sans état d’âme de l’article 5 de la loi fédérale sur
la chasse, qui prévoit le tir des chats errants, à bien plaire ou peu s’en faut. Les cantons décidant de l’application pratique: à Neuchâtel, on tire à 200 mètres des maisons (sûr qu’à cette distance le chasseur reconnaît un chat haret d’un chat domestique); à Berne, on les vise à 100 mètres des habitations; en Argovie, on tue un félin à 10 mètres d’un immeuble, pour peu qu’il soit… dans une forêt !

Tomi Tomek, de SOS Chats Noiraigue, a lancé une pétition (à ce jour, plus de 31 000 signatures) pour abroger cette loi, après avoir longuement cherché un politicien capable de se battre pour les animaux. Et ça existe: le PDC genevois Luc Barthassat a déposé une motion après avoir vu, dans des vignes, la minette d’un ami, le ventre arraché par les tirs, laissée sur place à l’agonie. Un scénario courant, bien que les chasseurs affirment savoir tirer. Ainsi, SOS Chats a récupéré des dizaines de chats blessés et abandonnés en l’état. Gueule fracassée, patte à demi arrachée, œil crevé… tel est le travail des chasseurs au nom de cette loi. De là à ce qu’ils visent si bien qu’un gosse ou un adulte se ramasse la balle…

Avant que les chats ne soient pucés – le chat domestique se balade aujourd’hui incognito –, les félins portaient parfois un collier. Les tueurs pouvaient éventuellement le remarquer. Surtout à 200 mètres… Actuellement, un miauleur qui prend l’air est une proie sans défense face à la police, au garde-faune et au chasseur en mal de carton. Il lui suffit d’estimer l’animal «dangereux». Récemment, à Belprahon (BE), un chasseur a abattu une chatte appartenant à une citoyenne qui avait choisi de vivre à la campagne pour ses minets. A Lausanne, des témoignages déposés à SOS Chats parlent de cadavres sur lesquels on a tiré, retrouvés après s’être traînés en sang dans les légumes. Il est temps que le Conseil fédéral cesse de jouer les hypocrites, abroge cette loi… et rende obligatoires castration et stérilisation, qui permettront de réguler la population féline et les problèmes qu’elle engendre sur la faune sauvage.

Pour signer la pétition: http://www.soschats.org

Actualité suivante :
La mode féline

Réagir à cette actualité

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :